La profession de foi, fête de la foi et non un sacrement !

De la communion solennelle à la profession de foi.

La profession de foi, héritière de la communion solennelle.

Elle remonte pratiquement à l’institution du catéchisme en France au XVIIe siècle.
Sous l’influence notamment de saint Vincent de Paul (Vincent de Paul ou Vincent De Paul, né au village de Pouy près de Dax le 24 avril 1581 ou 1576 - mort le 27 septembre 1660, fut une figure marquante du renouveau spirituel et apostolique du XVIIᵉ siècle. Dames de la Charité pour venir en aide aux pauvres. En 1623, il créa la Compagnie des Filles de la Charité. Elles prirent ensuite le nom de « Compagnie des Filles de la Charité de Saint-Vincent de Paul), la première communion prend la forme, d’une cérémonie solennelle à la fin du catéchisme. Les témoignages d’alors décrivent cette fête : La cérémonie doit frapper l’esprit des enfants.

Ne pas craindre pour cela d’être touchant et de solenniser le moment, notamment en organisant la procession des communiants cierge en main. Une cérémonie habituellement précédée par une confession générale. Une fête qui donne lieu à une distribution de livres, de chapelets et d’images.

En 1910, le pape Pie X (décret Quam singulari ) modifie quelque peu ce dispositif, il demande alors qu’on admette à l’eucharistie les enfants dès « l’âge de raison » vers 7 ans. On appela cette première communion « communion privée » ou « petite ». A côté de cette « première communion », célébrée dans l’intimité familiale, se maintient la « grande communion solennelle » vers 12–13 ans, couronnement de l’enfance et du catéchisme.

Pour la majorité du clergé, une seule communion continue d’avoir de l’importance, et jusqu’en 1950 environ, la communion solennelle demeure une cérémonie populaire et indiscutée. Dans une France à dominante rurale, où beaucoup d’enfants quittent l’école vers onze ou douze ans cette fête est considérée comme un rite de passage de l’enfance à l’âge adulte.

Dès 1936, l’assemblée des cardinaux et archevêques de France ne manque pas de relever les ambiguïtés de cette fête sociale et rituelle (qui donne lieu à beaucoup d’excès). Ils conseillent que « l’on donne à la communion solennelle, comme caractère essentiel, celui d’une profession de foi et que cette profession de foi soit faite au cours de la messe ».

Les responsables pastoraux cherchent alors à valoriser la profession de foi de la communion solennelle. L’appellation « profession de foi » tend à d’ailleurs à se substituer à celle de « communion solennelle ».

Un des changements hautement symbolique : l’aube, à la fois pour mieux signifier le lien au baptême mais aussi par désir de simplicité et d’authenticité. (L’aube avec la croix en bois portée sur le vêlement blanc et le cierge symbolisent l’aspect baptismal de la communion solennelle deviendront plus qu’important dans la vie pour tous. )

Dans les années 70-75, la catéchèse se transforme. La sacramentalisation des enfants est repensée dans son lien intime avec la catéchèse. La « communion privée » devient la première communion, elle sort de l’intimité familiale pour s’enraciner davantage dans la vie communautaire locale. Quant à la profession de foi (l’expression prévaut désormais) elle devient aujourd’hui une étape qui mène le jeune vers la confirmation. L’impact social de cette fête est encore fort pour bien des familles. Elle joue toujours, quoique de façon atténuée, sa fonction rituelle de passage au seuil de l’adolescence.

La profession de foi : une fête qui prend place après d’autres fêtes de la foi  et qui en appelle bien d’autres pour vivre, en l'Église, la condition du baptisé !

Du coup, dans les années 50, on commence à lier la profession de foi de la communion solennelle au renouvellement annuel par tous les chrétiens de la profession de foi baptismale, au cours de la vigile pascale, comme l'avait remis en valeur Pie XII. le rapport est ainsi établi entre profession de foi, baptême et communauté. En Occident, jusqu'au XIIe siècle, baptême et première communion étaient reçus simultanément. À la suite du 4e concile du Latran (1215), qui reporte la première communion à "l'âge de discrétion", la première communion se voit retardée à l'âge de 7 ou 12 ans, voire plus tard encore

On vise ainsi à situer cette profession de foi dans son rapport au baptême et à la communion et dans son rite liturgique et communautaire, poursuit le P. RUSSELEIL. D'où l'apparition de l'aube, vêtement blanc qui, avec la croix et le cierge, rappelle cette dimension baptismale." Ceci n'empêche pourtant pas l'appellation de "communion solennelle" de se perpétuer dans les mentalités.

Profession de foi 2016 : Information et organisation.

Fin des inscriptions à la Profession de foi : Vendredi 19 février 2016.

Deuxième réunion autour de la Profession de foi : Jeudi 31 mars 2016, à 18h30, en salle verte, avec les parents.

Les jeunes qui sont baptisés l’année de la profession en 5ème, ne sont pas tenus à faire leur profession de foi : le baptême fait lieu et place
de la profession de foi. en revanche, ayant fait 4 années de catéchèse, et une année de KT-Spécial, ils sont en mesure de faire leur première communion s’ils
le souhaitent et le demandent

Date de retraite de la profession : du mercredi 8 juin au vendredi 10 juin 2016 au Prieuré de Béthanie des sœurs bénédictines de Montmartre à BLARU (A 5 Kms de Vernon en Normandie). Compte tenu du nombre de places limitées, elle se fera en deux groupes (Voir M. YAO)

Thème de la retraite : « Soyez miséricordieux comme votre Père Céleste est miséricordieux » (Luc 6, 36)

Contenu d’une journée :

Messe, Adoration, Enseignement, prière individuelle et travail manuel Sport – détente Sacrement de réconciliation individuelle, préparation de la messe de la profession de foi et de la remise des croix.

  • Messe de remise des croix : vendredi 10 juin à 19h en l’église du Saint-Esprit à Viry-Châtillon : Présence recommandée des parents à la messe.
  • Messe de Profession de foi des 5èmes : Samedi 18 juin à 10h, en la cathédrale Notre-Dame de la Résurrection à Evry.

Aubes et cordons :

Il appartient aux parents d’acheter ou de louer l’aube de Profession de Foi de leur enfant.

Location ou achat d'aubes de profession de foi :
La Colomberie : 7 rue de Condé, 75006 Paris - Tél : 01 43 26 36 47
Houssard : 3 rue Vaneau, 75007 Paris - Tél : 01 45 51 36 15
Au service de la Liturgie : 8 rue Madame, 75006 Paris - Tél : 01 45 48 53 03

(Vous pouvez également vous adresser à votre Paroisse ; elle peut vous prêter une aube, si vous êtes dans le besoin.)

Dans l'agenda des collèges...

No upcoming event!

Notre Dame

Maternelle :
39 rue Henri Barbusse - 91 170 Viry-Châtillon

Élémentaire :
4 place de la République - 91 170 Viry-Châtillon

Sacré Cœur

Maternelle & Élémentaire & Collège :
29 rue Chamberlin - 91 600 Savigny-sur-Orge

st louis st clément

Collège & Lycée :
1 à 35 rue margot - 91 170 Viry-Châtillon